11 juillet 2006

Maison terre et paille_ 01

Notice paysagère accompagnant la demande de permis de construire

1 – LE SITE
Le terrain de l’opération se situe en périphérie de l’agglomération de Bovel, au lieu-dit La Fosse aux Loups.
Ancien terrain agricole constitué d’une surface plane en légère déclivité vers le nord, il présente une vue dégagée sur le vallon du Ruisseau des Landes et la campagne environnante.
Il est bordé à l’ouest d’un talus arboré et au sud d’un fossé garni de végétation sauvage basse. Il ne possède pas actuellement d’autres arbres de haute tige.

2- LE PROJET
Le programme architectural est celui d’une petite maison individuelle bioclimatique, saine et écologique. Son architecture contemporaine adaptée au climat, soucieuse d’une bonne gestion de l’énergie et de l’eau, utilise des matériaux naturels, sains, écologiques, durables et recyclables afin d’améliorer la qualité de vie et de respecter l’environnement.

CAS_PC_01

L’implantation sur le terrain résulte de l’étude géobiologique et respecte le code de l’urbanisme et le Plan d’Occupation des Sols de la commune de Bovel.
La maison est composée de deux volumes bas compacts comprenant un rez-de-chaussée et un demi-étage en combles. Le préau situé à l’ouest permet un agrandissement ultérieur de la partie habitable. Les lignes courbes répondent harmonieusement au vallonnement du paysage tout en diminuant le volume à chauffer et à construire et en offrant le minimum de prise au vent.
La façade principale est orientée plein sud pour recevoir le rayonnement solaire qui participe au chauffage de la maison. Un mur construit en pisé de couleur sombre (béton de terre crue) offre une importante inertie thermique qui diffuse lentement la nuit la chaleur accumulée pendant la journée. Les autres murs en ossature bois sont fortement isolés et enduits de terre crue d’une couleur naturelle plus claire. Un complément de capteurs solaires posés sur le soubassement taluté de la maison chauffe l’eau sanitaire.
Une pergola et des débords de toit calculés abritent les vitrages et les façades des surchauffes estivales, limitant ainsi les besoins de climatisation. La végétalisation de la couverture, tout en apportant une meilleure inertie thermique et une amélioration du confort acoustique, compense la surface de sol naturel perdue.
Les matériaux utilisés sont pour l’essentiel produits localement ou nécessitent peu de transport, ils sont recyclables et sains. Le bois pour l’ossature et les menuiseries a été choisi pour bloquer du CO2 dans la construction. Le choix de la terre stabilisée pour les enduits et le pisé limite au maximum le transport et l’énergie dépensés à la fabrication. Le pisé remplace d’une manière actuelle et plus rapide la technique traditionnelle locale des murs de terre construits en bauge, pour un résultat esthétique aussi intéressant.
Le recul d’une vingtaine de mètres par rapport à la voie permet le développement d'un écran végétal composé de massifs d'arbustes variés caduques et persistants, afin de freiner le vent et de préserver l'intimité du jardin. Le talus arboré existant sur la limite séparative ouest est maintenu. Il protège la maison et le jardin des vents dominants. A l’est, une haie d’arbustes variés habille la clôture le long de la limite séparative. Les clôtures disposées en pourtour du terrain sont en grillage métallique et poteaux bois.

Evolution du projet

Suite aux rencontres avec les différents corps de métier, nous avons donné une part plus importante à la construction de terre crue, le matériau séduisant de plus en plus le maître d'ouvrage et moi-même.

L'inertie thermique du bâtiment est donc privilégiée par rapport à l'isolation, qui reste cependant importante
Les changements n'affectent pas l'aspect extérieur de la maison :

  • le mur sud reste en pisé, un béton de terre crue
  • les murs est et ouest auront une ossature bois avec un remplissage terre/paille et un enduit terre extérieur
  • le mur nord sera en ossature bois avec remplissage paille

 

Posté par archiverte à 13:56 - - Permalien [#]